La carrière de Tercis

Dans la carrière de Tercis on peut voir le passage du Campanien au Maastrichtien classé comme point stratotypique international.

Une référence internationale

Située au Sud-Ouest de Dax, la carrière de Tercis présente de remarquables affleurements des formations du Crétacé supérieur, du Cénomanien au Maastrichtien. La limite entre le Campanien et le Maastrichtien peut y être particulièrement bien décrite, ce qui a amené G. S. ODIN à réussir à faire classer le site au niveau international comme point stratotypique de cette limite.

Cette reconnaissance scientifique de la carrière de Tercis est l’aboutissement de l’imposant travail de ce chercheur du CNRS qui a su convaincre les spécialistes internationaux. La somme considérable de connaissances accumulée sur le site a été rassemblée dans un volumineux document fruit de la collaboration d’un grand nombre de scientifiques. Cette publication a reçu le soutien financier de la Société CALCIA, ancien exploitant, des Conseils Généraux et Régionaux, de l’AGSO, de l’Université UPMC-UFR 28, de la Commission Internationale de Stratigraphie de l’UISG, de la Mairie de Tercis qui a un ambitieux projet d’aménagement. Cette carrière, cédée en 1997 par les Ciments Français à la Municipalité, devrait être aménagée en site culturel, ce qui a permis d’éviter la classique remise en état paysagère.

Il est important de rappeler que : « le site géologique de Tercis est un site de référence protégé ; son accès, son étude sont réglementés. Les prélèvements restent la propriété du site et doivent impérativement être remis au représentant du Conseil scientifique qui a autorisé la visite ; ces contributions à la connaissance seront appréciées. »

Voir l’article de ODIN G.S.

Une structure « haute »

Les formations du Crétacé supérieur de la carrière de Tercis sont remontées à la surface à la faveur d’une ride anticlinale et d’une faille importante qui les met en contact vers le Nord avec les terrains salifères du diapir de Dax-St Pandelon. Cette ride a créé un relief relativement élevé qui domine la forêt landaise et, vraisemblablement de ce fait, a été l’objet d’une occupation ancienne par l’homme (depuis l’Acheuléen moyen [600 000 ans à 200 000 ans]). C’est aussi en effet un site archéologique important.

D’un point de vue géologique, la ride de Tercis est une des premières structures au Nord du Front Nord-Pyrénéen, chevauchement vers le Nord majeur de la Chaîne pyrénéenne. Ces structures ont favorisées la remontée des formations salines du Trias. Elles s’amortissent progressivement vers le nord où le domaine landais présente des formations à faible pendage et peu tectonisées.

La visite de la carrière

Les couches étant sub-verticales et orientées pratiquement Est-Ouest, cette visite démarre au Sud de la carrière par les argiles colorées du Trias. Au fur et à mesure que l’on se dirige vers le Nord, on découvre des couches de plus en plus récentes du Crétacé supérieur. A cette époque le site de Tercis est situé dans un golfe qui se développe au Nord de la chaîne pyrénéenne actuelle qui n’existait pas encore.

Le Cénomanien correspond à des argiles claires à huîtres qui caractérisent un milieu côtier peu profond. Au-dessus la Formation de Lacave (Turonien-Coniacien) est remarquable de par la présence de restes de rudistes rarement en position de vie alliée à une faune d’eau claire, chaude, peu profonde, comprenant de nombreux oursins. Immédiatement au-dessus, un double banc de calcaire fin indique une évolution vers la mer ouverte. Des ossicules d’astéries témoigneraient d’un âge campanien moyen. L’absence d’une partie de la série crétacé supérieur est aussi suggérée par des verdissements (glauconie) indicateurs de légers arrêts de dépôt.

Le Campanien-Maastrichtien présente une série continu de pratiquement 280 m d’épaisseur et relativement homogène. Un rythme de dépôt remarquablement constant, à période métrique, est décelable dans les alternances argile calcaire/calcaire comme dans l’espacement des lits de silex des différentes unités. Il est interprété comme résultant du cycle astronomique de 40 000 ans (taux de dépôt après compaction de 2,5 cm pour 1000 ans). On estime que cette série comprend des couches déposées entre 77 et 70 Millions d’années, c’est à dire environ 5 Millions d’années avant la grande catastrophe planétaire qui a fait disparaître divers groupes d’êtres vivants.

Le point stratotypique

La carrière de Tercis est surtout remarquable pour la variété de ces espèces de fossiles. Plus de 900 espèces y ont été inventoriées, ce qui a permis par croisement et corrélation de proposer une limite précise pour le passage Campanien-Maastrichtien.

Au-dessus le Maastrichtien est quasiment entièrement représenté avec une épaisseur d’environ 150 m. Son étude complète pourrait apporter des éléments nouveaux sur l’évolution des espèces avant le cataclysme.

Le passage du Crétacé au Paléogène est situé à la base du Mur de Bédat, qui correspond à un banc silicifié particulièrement dur et bien visible au Nord de la carrière, le long de l’Adour.

Pour en savoir plus

. Livret guide excursion AGSO du 7 octobre 2000 : Le site géologique de Tercis-les-Bains – organisateur ODIN G. S..

. The boundary between the Campanien and Maastrichtian Stages : characterisation and correlation from Tercis-les-Bains to Europe and other continents – ODIN G. S.& al, Elsevier Sciences Publ. Amsterdam.